Les tas de foin ou de paille sont des endroits de jeu très appréciés des enfants: ils peuvent s'y cacher, y sauter, en faire des forteresses… Mais un tas de grosses bal-les rondes peut également être un piège à enfant, si les quelques règles et disposi-tions de sécurité qui vont suivre ne sont pas mises en place et respectées.

Balles rondes klLes dangers
Principalement, ce sont le poids des balles, la forme et la hauteur du tas qui sont dangereux. Un tas peut se déformer avec le temps et perdre en stabilité, voire s’écrouler. Le risque est d’autant plus grand si le tas a été mal conçu au départ. Il suffit qu’un enfant y grimpe pour qu’un tas instable s’écroule sur lui ou écrase ceux qui jouent à proximité.
En outre, l’enfant peut perdre pied et faire une chute avec diverses conséquences. Dans le cas où il est amorti par du fourrage, c’est encore un moindre mal. Mais il peut aussi atterrir sur une surface dure ou, comme plusieurs accidents de ce type nous l’ont montré, au fond d’une cheminée créée entre les piles de balles rondes. Ces derniers cas sont souvent tragiques car l’enfant seul n’arrive pas à ressortir. Au fond d’une telle cheminée, le manque d’air peut conduire à l’étouffement de l’enfant dont les cris sont, eux aussi, étouffés par l’épaisseur du tas.

Mesures de sécurité
Les balles rondes sont à stocker de manière à ce qu'il ne résulte si possible aucun danger pour les agriculteurs et les enfants. Un stockage sûr se prépare déjà au champ, par un pressage homogène et une forme régulière des balles rondes. Lors de l'empilage, il faut prioritairement tenir compte du dépilage mais aussi des accès, des voies de circulation, de la hauteur maximale ainsi que de la résistance des pa-rois.
Il existe deux manières de faire un tas: en les positionnant debout (sur le plat) ou couchées. Lorsqu'elles sont stockées debout, il faut constituer des piles en quin-conce, de manière à limiter la formation de cheminées entre les piles; le sommet de la cheminée est à boucher avec la dernière balle mise en décalage. Dès la 4ème rangée, le tas doit être assuré mais attention, le système d’arrimage doit être prévu de manière à éviter les acrobaties! En cas de stockage couché, il faut surtout veiller à créer une base et un front stables. Attention, le positionnement du dernier rang peut déstabiliser l'ensemble! Quelque soit le type de stockage choisi, il faut limiter tant que faire se peut la formation d’escaliers, ces derniers incitant les enfants à grimper sur le tas.
Le dépilage est le moment le plus risqué si, à l'empilage, on n'a pas tenu compte du travail de reprise. Il faut savoir que 2/3 des accidents lors de la manutention de balles rondes ont lieu pendant le dépilage. Les risques d’accidents sont augmentés quand les moyens engagés à l’empilage ne sont pas les mêmes que ceux disponibles à la reprise, notamment lorsque les travaux de récolte sont confiés à une entreprise spé-cialisée. Le dépilage doit impérativement se faire à l'inverse de l'empilage, c'est-à-dire en commençant à l'endroit où l'on a terminé d'empiler. L’utilisation d’un engin adapté est impérative: un arceau de sécurité est insuffisant car il ne protège pas contre la chute d’objets. Seule une cabine de sécurité est à même d’absorber le choc d’une balle de 300 kg tombant du 5ème rang; sur un être humain, un tel impact cor-respondrait à une chute du 7ème étage d’un immeuble!

En conclusion…
Un stockage sûr permet de réduire les risques mais n’élimine pas tous les accidents. Il faut en outre limiter et surveiller l’accès au tas par des tiers, particulièrement les enfants. Cela est d’autant plus vrai lors du dépilage et du déplacement de balles, où seul le chauffeur de l’engin de manutention doit se trouver dans la zone de travail. La zone de travail, c’est non seulement le tas mais aussi ses abords, parfois peu visi-bles depuis le volant ou derrière une balle ronde!